" Je suis débordé "

« Triste constat que de vouloir apprécier la vie sans avoir le temps de la vivre »

Être plus avec moins

De nos jours, l’Homme du 21èmesiècle n’a plus de temps pour lui. On lui en demande toujours plus. Bombardé d’information, son temps et son attention sont demandés de nombreuse fois durant sa journée.

Vous comme moi, on peut rapidement se retrouver débordé (voir submergé) par toutes les obligations que nous nous devons d’accomplir.

Mais comment en est-on arrivé la ?

Remontons assez longtemps dans l’histoire pour revivre les événements majeurs qui ont crée l’Homme moderne et la société d’aujourd’hui.

A mon humble avis, la bascule s’est faite lors de la révolution industrielle. Lorsque la population a commencé à quitter les campagnes pour rejoindre les villes dans une quête de travail sécurisé.

A partir de cette époque-ci, nous sommes passés d’un monde où l’on produisait pour obtenir ce qui était essentiel à notre survie (notamment les récoltes agricoles) à un monde où le plus important était la richesse et la valeur produite par nos entreprises. 

Un moment crucial dans notre société occidental où la productivité, le résultat, la réussite ont pris les premières places dans nos priorités.

C’est certes, un raccourci un peu simpliste de l’origine de notre situation actuelle mais prenons quelques instants pour analyser nos comportements de citoyen, d’employé, de consommateur.

Dès l’école, on nous éduque aux valeurs du travail et de la réussite : « Travail bien à l’école pour avoir un bon job et tu pourras t’acheter tout ce que tu veux » 

C’est donc dès le plus jeune âge que cette course effrénée à la réussite commence. On se doit de faire toujours plus, de travailler plus, d’être plus productif. Et on est arrivé à un stade où c’est donner une bonne image de vous que de montrer que vous êtes occupé. Sauf que l’on ne comprend pas toujours pourquoi on fait ce que l’on fait. On est là à se plaindre du manque de temps, qu’il n’y a pas assez d’heures dans une journée, que l’on est fatigué car on a plus le temps pour faire des pauses et profiter de la vie. Mais sachez que c’est normal, c’est ce qu’on attend de nous. La société actuelle souhaite que l’on travail dur pour pouvoir consommer encore et encore. Nous sommes tous des consommateurs en puissance, que ce soit des objets, des services, des informations.

            Qui n’a jamais rêvé à un moment de sa vie d’avoir une grande maison, d’habituer dans un bel endroit, d’avoir une belle voiture ou un haut statut social ? Tout le monde ! Parce que c’est ce que l’on nous apprend dès la maternel. Les enfants sont des êtres mimétiques, qui s’inspirent de nos parents, de nos professeurs et du monde autour de soi. Et c’est lors des premières années de notre vie que nous avons façonné nos comportements et nos habitudes futures.

L’un de ces comportements moutonniers que l’on adopte a même trouver un nom : la rat race. (Pour ceux qui ne connaissent pas la rat race : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rat_race)

Nous sommes comme un rat dans sa roue qui court sans fin vers un objectif, une réussite que nous n’avons pas vraiment choisie. On court après le temps, après un meilleur salaire et après un meilleur statut social. Et c’est pour cela que lorsque l’on demande à quelqu’un aujourd’hui comment il va, il a de forte chance de vous répondre « ça va mais je suis débordé » ou alors « ça va mais il n’y a pas assez d’heure dans une journée ». Dans la majeure partie des cas il n’hésitera pas à se plaindre de son travail, d’être fatigué ou même de la manière dont il alloue sont temps.

Si c’est votre cas, sachez que c’est normal. Ce système sociétal est déjà bien établi. Il prend même de plus en plus de place quand on voit la progression de notre courbe de consommation. C’est un sujet qui fait débat et qui mérite réflexion. On se doit d’y réfléchir dans l’espoir de trouver une vie pleine de sens, qui nous sera plus agréable.

Besoin d’une prise de conscience ?

Dès que quelque chose ne va pas dans votre vie, il faut savoir la remettre en question. Surtout ne pas l’accepter et en faire une norme ou pire encore une croyance.

J’ai une citation qui me parle beaucoup pour me pousser à agir en fonction de mes vraies envies et de mes valeurs profondes.

« Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale que d’être bien adapté à une société malade ».

Jiddu Krishnamurti

Aujourd’hui je n’ai plus envie d’être « débordé », « occupé », « en manque de temps ». J’ai envie de plutôt de le prendre ce temps, de choisir vraiment à quoi j’ai envie de le passer, de ne plus écouter ce qu’on me dit ou ce que l’on me demande de faire.

C’est l’une de mes plus grandes peurs et l’un des plus grands maux de la société et que de se retrouver en fin de vie avec des regrets, des « j’aurais dû »… Peut-être que vous en avez déjà ? Qu’attendez-vous pour prendre votre vie en main ? On n’est pas obligé de courir après plus de temps, d’argent, de possessions. 

Notre plus grande richesse est le temps car il ne peut pas se récupérer une fois perdu.  Et le plus grand pouvoir que nous avons entre les mains ce sont les choix. On en fait à longueur de journée : des risqués, des faciles, des inconscients, des courts termes, des longs termes… Et une chose est sûre, c’est que la vie que nous avons actuellement est le résultat de la somme de nos choix passés. Plus on fait de bons choix tôt dans notre vie, plus l’impact de ces choix répétés sera important à l’avenir. Alors il nous faut bâtir la vie de nos rêves dès maintenant, sans attendre. Oubliez les excuses, nous avons tous vingt-quatre heures dans une journée, nous avons tous la possibilité d’apprendre et de devenir meilleur. Nous avons tous le pouvoir (et la responsabilité) d’expérimenter, de défier la vie et de se prouver à soi-même que rien n’est impossible. 

Alors oui nous ne partons pas avec les mêmes chances dans la vie, mais même si on ne part pas premier sur la ligne de départ on peut tout donner durant la course pour la gagner. Quelque soit le classement à la fin, si on a rien lâché et que l’on s’est battu durant la course de la vie, on sera toujours fier de sa performance.

Quelque soit votre objectif et vos rêves ne laisser personne vous arrêter ! On est plus de 7 milliards sur cette terre et ce n’est pas une personne qui peut savoir si ce que vous voulez est impossible ou non. Et généralement ce que l’on souhaite atteindre a souvent déjà été réalisé par quelqu’un d’autre. Donc soyez ambitieux, visez grand, devenez inspirant. 

« Les seules limites sont celles que nous nous imposons nous-mêmes. »

Napoléon Hill

Comment ne plus être débordé ?

Et si on commençait par le commencement ?

Je pourrais vous développer tout un tas d’aspect de développement personnel pour vous aider à créer la vie dont vous avez toujours rêvé, mais ce serait sauter les étapes. Dans cet article commençons par régler ce problème de manque de temps parce qu’il débloquera bien d’autres domaines de vie par la suite.

Le plus important pour aujourd’hui est de savoir comment reprendre le contrôle de son temps et donc de sa vie en quelque sorte.

Pour cela, il va falloir s’interroger sur votre environnement actuel. Qu’est-ce qui vous entoure lorsque vous êtes à la maison, au travail ou avec des amis ? Avez-vous vraiment choisi tout ce qui fait partie de votre quotidien ?

Probablement que non parce qu’on se laisse souvent porter par les événements pour ne pas à avoir faire des choix. Mais il est temps que cela change, bâtir une vie qui nous inspire ce n’est pas choisir la facilité. 

Interrogez-vous sur votre quotidien et demandez-vous : est-ce que j’ai vraiment envie que cela fasse partie de ma vie ? Est-ce que cet objet, cette activité, cette relation est en accord avec qui je suis vraiment ? Correspond-il à mes valeurs, mes envies et mes rêves ?

Notre environnement est rempli d’éléments qui ont un gros impact sur notre vie, sur notre humeur et sur nos envies. Laissez-moi vous donner quelques exemples pour illustrer ça : 

  • Imaginons que dans votre quotidien, votre maison soit toujours encombrée par une masse d’objet  parce que durant des années vous avez accumulé encore et encore. Ces objets sont d’ailleurs en majeur partie achetés de manière compulsive. Comment vous sentez-vous dans cette maison ? Forcément que ce lieu de vie est source de stress car tous ces objets vous demandent de l’attention, ils vous demandent de les ranger et de les nettoyer. Ils sont peut-être même source de conflit avec votre conjointe car votre domicile ne répond plus à sa fonction première d’être un refuge où l’on se sent bien, où l’on se repose et où l’on passe de bons moments. 
  • Dans un autre cas, imaginons que vos amis les plus proches ont une hygiène de vie déplorable : ils fument, ils boivent beaucoup en soirée, ils consomment de nombreux fast-food. Ils représentent votre environnement social. Ne pensez-vous pas que vous allez adopter le même comportement si vous passez votre temps avec ces personnes. On dit souvent que l’on est la moyenne des 5 personnes que l’on fréquente le plus. Et c’est vrai !

Ce n’est que deux exemples parmi tant d’autres qui montrent que travailler sur notre environnement devrait être une priorité parce qu’il est le facteur numéro 1 d’une vie réussie et agréable.

Donc, pour ne plus être quelqu’un qui ne contrôle plus sa vie, qui est surmené et débordé, il va falloir définir l’environnement dans lequel vous avez envie d’évoluer.

C’est pour cela que je parle si souvent de minimalisme. Parce que simplifier sa maison, son emploi du temps, ses relations, c’est la voie royale vers une vie épanouie dont on est fier. De plus, choisir de vivre avec l’essentiel c’est en apprendre plus sur soi-même. C’est gagner en confiance et se respecter soi. Car on choisit de se donner la priorité et de donner de la valeur à son temps.

Chercher à s’entourer uniquement de ce qui nous rend heureux c’est s’obliger à faire le tri pour y arriver. Et lorsque tout devient plus simple alors tout devient plus clair. Et on peut enfin sortir du schéma classique que la société d’aujourd’hui nous impose. 

On ne cherche plus à être débordé. On ne cours plus après la réussite classique : un haut statut, un meilleur salaire. On reste focalisé sur l’équilibre de vie, sur le bonheur. 

Alors comment ne plus être débordé ? Et bien en éliminant tout le superflu et en se concentrant sur l’essentiel !

Gabin

Être plus avec moins

PS : Je vous remercie d’avoir lu cet article jusqu’à la fin. S’il vous a plu n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux si vous pensez qu’il peut aider certains de vos amis. Et si certains d’entre vous veulent allez plus loin, si vous avez envie de bâtir cette vie simple mais qui est du sens, n’hésitez pas à me contacter pour voir si l’on peut travailler ensemble.

Laisser un commentaire

Fermer le menu